Description du Produit

Libellé :

Les méthodes projectives dans le processus d’évaluation et d’intervention en ergothérapie

Les méthodes projectives dans le processus d’évaluation et d’intervention en ergothérapie

Code : EA21-PSY15
Accroche commerciale :

Les méthodes projectives, subjectives ou créatives (en fonction des différentes dénominations retrouvées dans la littérature) sont utilisées par les ergothérapeutes depuis de nombreuses années. Fréquemment associées à la pratique en santé mentale, les méthodes projectives ont suivi, au fil des dernières décennies, différents courants quant à leur utilisation. Toutefois, la pratique clinique comme la recherche, démontrent que ces méthodes ont toujours une place de prédilection dans la « boite à outils » des cliniciens au côté d’autres évaluations ou procédures d’intervention standardisées.



Leur pertinence auprès de populations variées (personnes atteintes du VIH, personnes souffrant de cancers ou de conditions physiques diverses, pédiatrie…) a fait l’objet de plusieurs articles récents. En effet, ces méthodes permettent un accès privilégié, via le processus créatif, via le dessin produit, au sens que la personne donne à son problème, à sa maladie, à son handicap. Cette information apporte des données subjectives pertinentes qui peuvent favoriser l’instauration d’un lien de confiance privilégié et permettre une approche d’intervention spécifique, centrée sur la personne.



Les productions réalisées via ces méthodes peuvent être analysées sous l’angle des modèles conceptuels centrés sur l’occupation (Modèle de l’Occupation Humaine, Modèle Canadien du Rendement et de l’Engagement Occupationnels), ce qui leur confère une certaine validité, voire légitimité. Elles permettent à l’ergothérapeute, en premier lieu, d’évaluer le fonctionnement de la personne face à une tâche peu ou non connue (et donc de mieux comprendre son fonctionnement global), d’apprécier les manifestations cliniques de la maladie et d’évaluer les préoccupations interférant avec la participation occupationnelle de la personne.



Il existe plusieurs méthodes projectives. La formation proposée ici en présentera 3 principalement, d’origine nord-américaine : le collage, la Batterie Azima et la Batterie Meunier.



Le collage décrit par un ergothérapeute américain pour la première fois dans la littérature en 1979 consiste à permettre à la personne de découper des images de magazines pour exprimer son vécu intérieur.



Créée en 1959 par et pour les ergothérapeutes, la Batterie Azima propose 5 tâches allant du dessin libre à la peinture digitale. La passation des épreuves est décrite et se déroule selon un ordre précis. L’entrevue qui suit les tâches s’intéresse à explorer les états internes de la personne dont les conflits, les mécanismes de défense et l’image de soi entre autres.



La Batterie Meunier propose plusieurs épreuves de dessins dont l’ordre et le nombre sont choisis par le thérapeute. Elle permet d’explorer les relations objectales, le monde pulsionnel et l’image de soi entre autres.



Au cours de la formation, ces méthodes seront présentées et les participants seront invités à les expérimenter. Les principes de base devant guider l’entrevue seront ici utilisés et démontrés.



Egalement, les évidences scientifiques de ces méthodes seront discutées et le principe de triangulation des données sera présenté. Il permet de recueillir et de mettre en parallèle les données obtenues via les méthodes projectives aussi bien dans ce qui est produit, dans ce qui est verbalisé et dans les comportements de la personne. La démonstration de la présence d’une difficulté dans chacune des 3 sphères pour un domaine particulier (image de soi, relation objectale…) contribue à la fiabilité de l’information obtenue.  Enfin, des exemples de rédaction de synthèses, d’analyses seront présentées telle que réalisées dans la pratique clinique des formatrices à savoir en association avec un modèle centré sur l’occupation, principalement le Modèle de l’Occupation Humaine.


Résumé :
Intégrer dans sa pratique ergothérapique différentes méthodes projectives pour évaluer et intervenir auprès de la clientèle.
Objectifs :

  • Utiliser les outils projectifs présentés en les intégrant à la démarche d’évaluation et d’intervention en ergothérapie, en tenant compte des spécificités de chaque outil et des contextes professionnels

  • Rapporter les données collectées via les productions, les verbalisations et les comportements de la personne

  • Produire de brèves synthèses issues de l’analyse de ces données

  • Se familiariser avec le Modèle de l’Occupation Humaine comme support pour la rédaction de ces synthèses


Pédagogie :

Formation de 3 jours consécutifs soit 21 heures + travail post-formation estimé à 7 heures non consécutives. .



Possibilité de formation sur site : devis sur demande


Type public : Ergothérapeutes exerçant auprès d’enfants, d’adolescents, de personnes adultes ou âgées dans divers contextes cliniques (santé mentale, gériatrie, soins palliatifs, etc.).
Niveau requis : IX

Sessions de formation

N° session : 190031A
Les méthodes projectives dans le processus d’évaluation et d’intervention en ergothérapie

Du lundi 25 au mercredi 27 novembre 2019

Durée : 21 heures sur 3 jours
Lieu : 75013 PARIS 13
Tarif  :  1 079,00 € Net
Nouveau programme 2019
1 personne inscrite
11 places disponibles

Formation INTER

Responsable : FOSSE Christophe Tél. : 0145843321 sfc.secretariat@anfe.fr

Formation INTRA

Tarif : Nous consulter
Mme Florence JEAY
Mail : sfc.ingenierie@anfe.fr
Tél : 01-45-84-33-21
Durée conseillée : 21 heures sur 3 jours (à adapter en fonction de vos besoins)
Groupe : de 5 à 12 personnes